RWANDA: Inkotanyi – Das Ruanda des Paul Kagame

Sunday, April 22nd, 2018
Posted by: Providence Tuyisabe

Inkotanyi – Das Ruanda des Paul Kagame

98 Min.) – ARTE TV
Verfügbar von 13/04/2018 bis 17/05/2018
Live verfügbar: ja


Bei dem Genozid in Ruanda töteten Hutu-Milizen 1994 rund 800.000 Menschen. Die meisten gehörten der Minderheit der Tutsi an. Im Juli 1994 gelang der Befreiungsfront RPF-Inkotanyi, das Massaker zu beenden. In dem Dokumentarfilm, der die damaligen Ereignisse aufrollt und Ruandas Geschichte weitererzählt, berichten hochrangige Persönlichkeiten erstmals über die Aktionen der RPF.

Beim Genozid in Ruanda töteten Hutu-Milizen von April bis Mitte Juli 1994 rund 800.000 Menschen, die meisten gehörten der Minderheit der Tutsi an. Die internationale Staatengemeinschaft schaute tatenlos zu. Im Juli 1994 gelang der Befreiungsfront des heutigen Staatschefs Paul Kagame – der 1987 gegründeten RPF-Inkotanyi – in Kigali einzurücken und die Massaker zu beenden. Kagame wurde erst Vizepräsident und regiert das afrikanische Land seit dem Frühjahr 2000. Nach einer Verfassungsänderung kandidierte er 2017 zum dritten Mal und wurde 2017 erneut mit überwältigender Mehrheit im Amt bestätigt. Seine Gegner werfen ihm gnadenlose Repression und diktatorische Methoden vor, seine Anhänger führen die spektakuläre wirtschaftliche Entwicklung des Landes und dessen Befriedung in Feld.

Der Dokumentarfilm „Inkotanyi – Das Ruanda des Paul Kagame“ ist die erste umfassende Auseinandersetzung mit dieser Bewegung und ihrer damaligen und heutigen Bedeutung. Schritt für Schritt werden die damaligen Ereignisse chronologisch aufgerollt und die bewegte Geschichte der Region der Großen Seen in den letzten 30 Jahren beleuchtet. Den roten Faden des Films bildet ein Exklusivinterview mit Paul Kagame. Erstmals berichten auch hochrangige Persönlichkeiten über die militärischen und politischen Aktionen der RPF. Außerdem kommen Journalisten, Soldaten und andere Zeitzeugen zu Wort. Sie liefern Antworten auf zahlreiche Fragen, die seit dem Genozid unbeantwortet geblieben waren und die nur Insider geben können. Als zentraler Leitfaden für die Interviews diente dabei folgender Gedanke: „Hätten die Leader und Mitglieder der RPF im damaligen Kontext auch anders handeln können?“

Produktion : Veilleur de nuit

Regie : Christophe Cotteret

Land : Frankreich.      Belgien

Jahr :  2016

Herkunft :  ARTE.  RTBF


TV – « Inkotanyi, Paul Kagame et la tragédie rwandaise »

Ils se faisaient appeler ­Inko­tanyi, ce qui, en ­kinyarwanda, la langue du Rwanda, signifie « ceux qui se battent avec le plus de ­courage ». Les combattants du Front patriotique rwandais (FPR), un mouvement politico-militaire né dans des camps de ­réfugiés d’Ouganda en 1987, ont conservé ce surnom jusqu’à la libération de leur pays et la fin du génocide des Tutsi, pendant lequel un million d’hommes, de femmes et ­d’enfants ont trouvé la mort entre avril et juillet 1994. Parmi leurs leadeurs se trouvait Paul Kagame qui, en août 2017, a été réélu pour un troisième mandat présidentiel avec un score (98,6 %) qualifié de « dictatorial » par de nombreux observateurs occidentaux.

Dans son film Inkotanyi, le ­réalisateur français Christophe Cotteret retrace l’histoire du FPR et donc celle du Rwanda contemporain. Le sujet est si douloureux et polémique que l’exercice exige de la prudence et de la mesure. Il y en a dans ce film riche d’archives inédites, qui a nécessité trois ans de travail. « Le FPR a traversé nombre d’événements charnières, pour certains incroyablement difficiles, mais n’en a pas moins maintenu son cap, explique Christophe Cotteret. Dire cela, ce n’est pas faire l’apologie d’un régime. C’est reconnaître une progression politique continue et cohérente, ce qui n’est hélas pas si fréquent en Afrique… »

Des vérités à cacher

Faire le bilan politique du FPR est un exercice d’équilibriste. Si le Rwanda a retrouvé la paix, un développement économique sou­tenu, et s’il se présente aujour­d’hui comme un exemple en matière d’accès à l’éducation et à la santé, il figure aussi sur la liste noire des organisations des droits de l’homme. « Comme n’importe quel pouvoir, le gouvernement de Paul Kagame a ses zones d’ombre et de lumière, et j’évoque très ­clairement les unes comme les autres, se défend le réalisateur. Ce qui complique l’enquête, c’est que parmi ses détracteurs, on trouve des gens qui n’ont pas intérêt à ce que la vérité des faits soit établie. »


Pour retracer la trajectoire des Inkotanyi, Christophe Cotteret donne la parole aux personnages-clés de l’histoire. Il a tourné de longues séquences avec Paul ­Kagame – l’entretien a été obtenu deux ans après une première ­demande – et Yoweri Museveni, actuel président de l’Ouganda, qui a accédé au pouvoir en 1986 grâce à l’appui des Inkotanyi. Si Christophe Cotteret donne la ­parole à plusieurs cadres politiques du mouvement et cofondateurs du FPR (Denis Polisi, Patrick ­Mazimpaka), il rencontre aussi des observateurs extérieurs comme Rony Brauman (ancien président de Médecins sans ­frontières), l’historien Gérard Prunier ou le journaliste Patrick de Saint-Exupery. Les « opposants » sont moins nombreux mais il y en a, à l’instar de Paul Rwarakabije, ancien officier des Forces armées rwandaises (FAR), impliquées dans le génocide.


Le film revient sur plusieurs ­zones d’ombre, comme les mas­sacres commis par les Inkotanyi lors de la libération du Rwanda et à l’extérieur de ses frontières, notamment en République ­démocratique du Congo (ex-Zaïre). Il se penche aussi sur le rôle de la France lors de l’opération « Turquoise », qui continue de faire polémique. Paul Kagame raconte la capture de 23 soldats français et comment ils ont fait l’objet d’un « marchandage » pour permettre l’accès de ses troupes vers une zone humanitaire et le contrôle du territoire. Un épisode qui n’a jamais été reconnu officiellement.

Inkotanyi, Paul Kagame et la tragédie rwandaise, de Christophe Cotteret (Belg.-Fr., 2017, 100 min).